blog société, actualités commentées
 CDJF-CASAV spécialiste fiscalité des particuliers, expert dans les métiers de lécriture, réputé pour son sérieux, l`excellence de ses productions et sa rapidité, tout à moindre cot
 
CDJF-CASAV, c'est:
 
    • - Spécialiste fiscalité et déclarations fiscales des particuliers redoutablement efficace et pas cher
    • - un des meilleurs experts de l'écriture, relecteur-correcteur, rédacteur, web-rédacteur, rédacteur de contenu, écrivain public

SERVICE "BLOG" du site www.cdjf-casav.com

L'effectivité de la "taxe GAFA" en 2020 et 2021 !

4/1/21

 
«Taxe Gafa» : elle sera bien prélevée en décembre 2020, et au Printemps 2021, malgré les menaces économiques de l’administration « Trump »
 
Sans attendre une éventuelle réaction de la future administration « Biden », théoriquement gagnante des élections américaines, la taxe sur les géants du numérique sera bien prélevée sous forme d’acomptes en décembre 2020, et son  solde au Printemps 2021, comme l’a confirmé le ministère français de l'Économie, malgré les dernières menaces de représailles économiques américaines (administration « Trump »).
 
Amazon et Facebook, les premiers « servis » !

 
Les entreprises assujetties à cette taxe ont reçu un avis d'imposition pour le versement des acomptes de 2020», confirmant une information du Financial Times, selon lequel  Amazon  et Facebook font partie des entreprises qui ont été notifiées ces derniers jours.
 
La France « fait cavalier seul » ; sa taxe « GAFA » adoptée par le Parlement et transcrite dans le CGI [1]

Le Parlement français a adopté en juillet 2019 une taxe de 3% sur le chiffre d'affaires des géants du numérique, transcrite depuis dans le code général des impôts, et faisant de la France un pays pionnier en matière d'imposition des « Gafa » (pour Google, Amazon, Facebook et Apple) et autres multinationales accusées d'évasion fiscale, taxe qui a déjà rapporté 350 millions d'euros en 2019. Elle était alors « au banc d’essai », et très vite, elle avait reçu les plus vives protestations de ces GAFA, Amazon en tête, et l’administration américaine, sous la férule de D. Trump, avait aussitôt menacé notre pays de représailles économiques (barrières douanières ; taxation de certains produits français importés).
Mais en janvier 2020 les deux parties (USA/ France) avaient conclu une trêve pour laisser leur chance aux négociations menées sous l'égide de l'OCDE en vue de créer un impôt mondial sur les multinationales.  Paris acceptait de « geler » le prélèvement de sa taxe, et Washington s'abstenait de toutes sanctions. Ces négociations ont cependant échoué en octobre du fait de l'opposition de l'administration Trump, rendant cette « trêve » caduque.
Le ministre français de l'Economie l’avait déclaré le 14 octobre 2020 : « nous avions suspendu la perception de la taxe le temps que la négociation de l'OCDE aboutisse. Cette négociation a échoué, nous percevrons donc une taxe sur les géants du digital en décembre prochain ».
L'Exécutif ne pouvait de toute manière plus faire autrement que d’appliquer cette « taxe GAFA », puisqu’elle avait  été votée par le Parlement et qu’elle est désormais inscrite dans le code des impôts !

[1] CGI : code général des impôts
 
 
des sanctions possibles
Cela étant, la France s'expose à des sanctions économiques américaines, en pleine transition entre le nouveau président américain Jo Biden et son prédécesseur Donald Trump qui refuse d’accepter la défaite, et qui avait déjà relevé à 25% les droits de douane sur les vins français dans le cadre du conflit sur les aides d'Etat versées à Airbus et Boeing. La Maison Blanche estimant cette « taxe GAFA » comme « discriminatoire envers les entreprises américaines », a déjà menacé d'appliquer des droits de douane de 100% sur certains produits français, notamment les fromages, les produits de beauté, les cosmétiques et les sacs à main, promettant de taxer pour 1,3 milliards de dollars de produits français en contrepartie !
Si la France semble « faire cavalier seul » à l’heure actuelle, d’autres Etats ne seraient pas contre l’instauration d’une taxe à l’identique ou similaire, sauf l’Allemagne, réticente car craignant des mesures de rétorsion contre son économie, et il faudra observer dans l’avenir, quel sera le comportement de l’administration « Biden » face à cette taxation du numérique, les Démocrates par le passé n’ayant jamais été enclins à réformer les règles internationales de taxation du digital.
 
Didier BROCHON
https://www.cdjf-casav.com

 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
redressements fiscaux, répondre aux Impôts, SITE PROFESSIONNEL CDJF-CASAV

Chers visiteurs,                                                                                                                        
                                                                                                                                                  
Que retenir d'essentiel de votre exploration des pages de ce site ?      
                
- Qu'il s'agit d'un site professionnel, et que :                                                                               
- les services qui y sont proposés sont rendus par une personne qualifiée qui possède une grande expérience dans les domaines visés ;                                  
- cette personne, Didier Brochon, respecte le secret professionnel, la vie privée, ne collectant aucune donnée tierce à des fins mercantiles ou autres ;  
                     
- tout travail demandé est traité rapidement et soigneusement, dans la qualité, et en toute discrétion ;                                                                                                           
- vous avez la garantie satisfait ou remboursé  (sous conditions naturellement : pour tout ce qui est du domaine fiscal, M. Brochon est astreint à une "obligation de moyens", pas de résultats) ;                                                        
- les paiements sur site sont 100% sécurisés (PayPal) ;                                          
- les prix pratiqués figurent parmi les moins chers sur internet.
                                                                                                                                                    
                                                                   
                                                                                                                                                    
cdjf-casav